(514) 418-1511

Flûte

 

Bansuri, flûte à bec, flûte traversière

LES OBJECTIFS PRINCIPAUX

Les objectifs principaux des cours de flûte à l’Oreille Musclée (avec Alexandre Lavoie ) sont de faire en sorte que tous les élèves aient du plaisir à apprendre les rudiments et les subtilités du bansuri. Les cours sont dynamiques et ludiques et ils permettent de développer la technique, le sens du rythme et du répertoire classique et populaire. Les cours s’adressent à des débutants, des musiciens intermédiaires ou des musiciens avancés. Durant les leçons, je privilégie les exercices techniques universelles de la flûte pour assurer à l’élèves un apprentissage élégant et efficace.

LA TECHNIQUE

Les aspects de la technique de l’instrument ont pour fonction de donner à l’étudiant des acquis pour pouvoir soit interpréter le langage de la musique indienne ou soit s’amuser librement avec sa flûte. La méthodologie employée dans les cours de bansuri est un mélange entre la tradition indienne celle de l’occident. Comme dans la tradition indienne, l’élève joue ce que le professeur lui joue à la flute durant le cours. L’aspect occidental provient quant à lui des explications détaillées du professeur au sujet de la technique de la flute, du langage de la musique indienne et de la théorie musicale.

LA LECTURE

L’acquisition du langage de la musique indienne est un long processus qui demande à l’élève des écoutes régulières ainsi que l’apprentissage de compositions sur des rāga.

LA COORDINATION

1- Sonorité et phrasé : cette section traitera des différents timbres du baṅsurī. Nous présenterons en premier lieu les éléments physiques qui interagissent dans la qualité des timbres de la flûte : diaphragme, gorge et cavités crâniennes. Ne perdant pas de vue que ce travail a pour but d’orienter le compositeur actuel, nous traiterons sur toutes les sonorités possibles, allant du timbre de musique classique dite rond et sans vent aux différents timbres plus feutré et venteux. Nous traiterons aussi des dynamiques. Par la suite, une série d’exercices seront proposés afin de mettre en application ces différentes sonorités. Ces exercices seront écrits en notation occidentale, mais incluront les modes traditionnels de la musique classique du nord de l’Inde.

2- Les doigtés et la vélocité : cette section traitera dans un premier temps des doigtés conventionnelles attribués aux douzes demi-tons incluent dans l’octave. La technique du bansuri se différencie largement des techniques de flûte occidental en ce sens où les troues sont bouchées à l’aides des phalanges intermédiare pour l’index et le majeur et non par le bout de tous les doigts comme pour les flûtes occidentales. Ceci permet d’atteindre autant à la perfection de notes ciblées que de pouvoir glisser d’une note à l’autre (à l’exception de do à ré pour un baṅsurī en sol). Par la suite, une série d’exercices écrits en notation occidentale, avec les tempos maximun et les difficulter pour certains saut de notes, seront offert et donneront au compositeur potentiel les possibilité et par inférence les impossibilités de l’instrument au niveau de la vélocité. Ces exercices seront écrits en notation occidentale, mais incluront les modes traditionnels de la musique classique du nord de l’Inde.

3- Articulations et coups de langues : cette section traitera des différents coups de langues possibles à la flûte, c’est-à-dire des différentes consonnes comme les T, D, K et P, en relation avec les voyelles et leur registre correspondant. Nous y inclueront des techniques modernes comme le r et les attaques sans coups de langue.

4- L’intonation et le vibrato : dans cette section, nous aborderons le type d’intonation occidental, mais aussi celui de l’Inde, c’est-à-dire basé sur les vingt-quatres possibilités d’intervales théorique basé sur une tonique fixe (voir en annexe le tableau des śruti). La section vibrato présentera les différents vibrato principalement dévelloper dans la musique classique occidentale.

5- Sonorité étendue et technique contemporaine : nous proposons dans ce chapître une étude de tous les doigté possible au bansuri et des différentes sonorités qui en émmanent : multiphonique, whisper tone, qui ont pour but de proposer des alternatives sonores aux compositeurs et de permettre à l’étudiant d’améliorer sa qualité sonore. Ce chapître sera inspiré par les travaux de Robert Dick, principalement sont traité nommé tone devellopement through extended techniques.

LES APPLICATIONS MUSICALES

Les enregistrements sont fournies par le professeur sur une clef USB appartenant à l’élève. Les compositions sont quant à elle offert à l’élève sous deux type de support : sonore (mp3) et en PDF. Voici un exemple d’une composition à apprendre suivant un modèle unique de partition.